DUSTIN HOFFMAN


Retour sur la carrière d'un homme à 2 Oscars

Quand il annonce à sa famille qu'il va vouloir faire comédien, sa tante lui aurait dit :
« Tu ne peux pas être acteur, tu n'es pas assez beau ».

Après quelques essais au théâtre, c'est le tout jeune réalisateur Mike Nichols qui le prend pour rôle principal de son second film, "Le lauréat". Le film est un immense succès critique et commercial, notamment sa scène avec Anne Bancroft dans le rôle de Mrs Robinson est l'une des plus connues du monde du cinéma.
C'est ainsi qu'il va, à ses débuts, entrer dans le cercle des film d'auteur américain des années 70, avec le très provoquant "Macadam Cowboy", film interdit aux moins de 18 ans à sa sortie, film qui pourtant est plus considéré comme un drame aujourd'hui. Ce film traite d'un homme ayant souffert dans sa jeunesse et trouvant réconfort en décidant de faire gigolo, Dustin Hoffman, lui, joue le rôle d'un immigrée italien à New York, souffrant de paralysie et rêvant d'aller vivre en Floride. Un rôle totalement différent du Lauréat... au début du film antipathique, sale... avant qu'on ne s'attache à la souffrance du personnage.
Une fois de plus la bande son du film est restée culte.  
Il joue ensuite dans le film "Les chiens de paille" en Angleterre, film considéré comme l'un des films les plus violents des années 70 avec en autres "Orange mécanique" de Kubrick et "Délivrance" de Boorman.
Le film crée la controverse et certains critiques trouvent que la violence du film est trop mal employée.
 Il joue ensuite dans deux grandes fresques historiques hautes en couleur qui ont eu un très grand succès public, à commencer par "Little big man" et "Papillon".
 Dans l'adaptation des célèbres aventures de l'Ardéchois Henri Charrière qui s'est évadé du bagne, interprété par Steve McQueen alors que le rôle aurait dû être confié à Jean-Paul Belmondo, et que le film aurait dû être tourné par un certain Polanski, Dustin Hoffman y joue, lui, le rôle d'un ami fidèle prêt à tout pour survivre dans cet enfer.
En 1976, il rejoint Robert Redford pour jouer l'histoire vraie des deux reporteurs Américains qui ont dénoncé l'affaire du Watergate et poussé le président Nixon à démissionner. Des scènes auraient dû être tournées dirrectement sur les vrais lieux de la salle de presse du Washington Post, mais les employés n'arrivaient pas à rester naturels pendant le tournage. Du coup il fallut reconstruire à l'identique les bureaux en studio pour une somme faramineuse, ce qui augmenta considérablement le budget du film.
En 1979, il reçoit son premier Oscar pour le film "Kramer contre Kramer". Le film joue contre tous les clichés : c'est une mère dépressive jouée par Meryl Streep, qui aura l'Oscar du meilleur second rôle pour ce film, qui quitte son mari et abandonne son fils pendant 15 mois pour venir ensuite le réclamer à son père sous forme d'un procès. Film dur, tragique, qui va inspirer le Français Balavoine pour écrire sa chanson "Mon fils ma bataille". Le film est un énorme succès avec 4 millions d'entrées rien qu'en France.
Dustin Hoffman y apparaît vieilli, maigre, dépressif, avec une rage pour l'amour de son fils.
Après tout cet éloge public et critique, l'acteur se fait rare et ne sort que quelques films dans les années 80 et pourtant quels films ! à commencer par le célébre "Tootsie" en 1982 de Sydney Pollack. On le voit aux côtés d'un autre comédien dont la carrière est en plein boum, l'incroyable Bill Murray. Le film, à la foi à mourir de rire, est aussi un moyen de parler de sujet délicats; racisme, féminisme... 
Puis il remporte un second Oscar pour le film "Rain man" en 1988.
Pour son rôle d'un homme atteint d'autisme, frère de Tom Cruise qui va profiter de ses capacités mentales du syndrome du savant pour tricher dans les casinos. Le film est un grand succès, à nouveau Dustin Hoffman est porté en éloge. Il faut dire que l'acteur, sorti de l'école de l'Actor studio, s'est beaucoup investi pour ce film.
  
Dans les années 90, il fait plus de film, mais peut-être dans un registre plus commercial. Notamment avec le film tout public "Hook" de Steeven Spilberg. Méconnaissable dans le rôle du méchant capitaine Crochet. A noter que pour une fois, il paraît plus grand que les autres comédiens dans ce film, une superbe tricherie quand on sait que l'acteur n'est pas bien grand. Le film est loin d’être naïf et porte à l'écran des réflexions au syndrome de Peter Pan, au malaise autant de l'adulte que de l'enfant dans notre société. Un casting de rêve, avec les très regrettés Robin Williams et Bob Hoskins. Mais aussi avec Julia Roberts, Maggie Smith...,
Pour un méchant qui veut sa revanche.
Il joue dans le film catastrophe du réalisateur Allemand Wolfgan Perterssen "Alerte".
Puis avec le réalisateur franco-grec Costa Gravas dans le film "Mad City".
Il rejoint ensuite la méga production du film fantastique qui porte à l'écran un 
célébré best seller de Michael Crichton, "Sphere".
Un huit clos épatant au casting incroyable, Sharron Stone, Samuel L Jackson, Peter Coyotte... l'action du film se déroule vingt mille lieux sous les mers avec l'apparition d'un vaisseau extraterrestre. Attention méfiez vous de vos peurs et de vos phobies, le film, réalisé dans la veine des films d’épouvante américain des années 90 n'en est que plus réjouissant. Original, bien joué, ce film cependant n'aura pas le succès attendu. Il faut dire que la même année sort un film des plus original, dont rien que le titre va lui faire de l'ombre. Ce film vous le connaissez sûrement, c'est "Cube". Cube vs Sphère ! Cube sera donc un énorme succès alors que le film traite presque du même sujet, sauf que l'un parle de logique et l'autre de nos émotions abstraites. Si vous êtes claustrophobe (moi oui) vous aurez donc du mal à retenir votre respiration lors de la longue scène de traversée du film sphère à la fois interminable, certes, mais délicieusement porté à l'écran.
 
Il jouera un rôle dans le film français de Luc Besson, "Jeanne D'arc"... eh si, si si ! c'est pas une blague.
Avant de se refaire rare à nouveau, il joue beaucoup plus de seconds rôles dans des film comme dans le superbe film "Neverland", où il reprend le personnage du capitaine Crochet, mais de manière réaliste derrière les traits d'un directeur de théâtre. Dans la comédie "Mon beau père, mes parents et moi" plus loufoque que jamais. Puis il tient un rôle remarquable dans le film "Le parfum"...
Il joue ensuite le premier rôle du film "Le merveilleux magasin de Mr Magorium" aux côtés de Natalie Portman. Un film plein de joie. Le côté magique sert à exprimer le malaise et la force de nos sentiments, sans jamais dénaturer la poésie de la chose Ce film grand public est un conte merveilleux qui se savoure et fait du bien au moral.
En 2012, il a décidé de se lancer dans la réalisation avec son premier film " Quartet", un film avec Maggie Smith sur la nostalgie et les amours anciennes des chanteurs d'opéra en maison de retraite spécialisée.

Actuellement, Dustin Hoffman tourne au Canada dans le film "Boychoir" du réalisateur  François Girard (Le violon rouge). Il y interprète le rôle d'un chef de chœur exigent et froid.
On y apprend même ici (clic) qu'il joue du piano !

2 commentaires:

aurelie a dit…

ouhlala rain man qu'est ce que j'adore ce film il est excellent dustin Hoffman dedans

Xavier Mielle a dit…

Il y joue super bien on y croirait ^^