Soirée Retour vers le futur !!!

Je suis donc allé voir la trilogie "Retour vers le futur" au cinéma de Brignais, un vrai retour dans le temps !
(ci dessus un décor la DeLorean du film à l'entrée de la salle du cinéma)

La musique a un rôle essentiel, et donc voici l'ouverture par Alan Silvestry, compositeur attitré du metteur en scène Robert Zemeckis :


Petit mot sur Robert Zemeckis :

Souvent critiqué et nommé comme le petit protégé de Steven Spielberg - il sauf dire qui s'agit de la même bande de copains réalisateurs des années 70 et 80, à savoir entre autres Steven Spielbergs, Gorges Lucas, Francis Ford Coppola, Rober Zemeckis, Joe Dante...

Ses premiers films produits avec la fortune de Spielberg sont un echec. Mal à l'aise, il refuse de reproduire son prochain film de peur que tout le monde se moque d'eux et crie au copinage. Cependant, un producteur accepte de produire le film "A la pourssuite du diamant vert". Et le film est un immense succès commercial. Après ça, les deux copains remettent au gout du jour un vieux projet qui jusque là coutait bien trop cher : "Retour vers le futur", on le sait, fut lui aussi un succès phénoménal. Sa notoriété lui permet alors d'être le premiers metteur en scène à pouvoir mélanger les différents univers cartoonesque des divers studios concurrents de Hollywood dans un même film : ce sera "Qui veut la peau de Roger Rabbits ?" dont l'animation est dirigée par Richard Williams, qui devient alors l'un des animateurs les plus respectés à travers le monde. Le côté cartoonesque, il le récupérera dans la comédie noire "La mort vous va si bien", film mal reçu, qui eu du mal à trouver son public. Pourtant très proche de l'univers Burtonien à qui l'on peut reprocher d'avoir piqué pas mal de scènes pour son film "Darck Shadows". Les critiques ne sont toujours pas très tendre avec ce jeune réalisateur certes commercial, mais comme Lucas, indépendant de Hollywood et maître de ses réalisations. Il faudra attendre la sortie du film "Forrest Gump" pour un revirement de situation. C'est son plus grand succès à l'heure d'aujourd'hui. Puis il réalise divers films de genre comme "Contact" avec Jodie Foster, "Apparence" avec Harrisson Ford, un film en hommage à Hitchcock; en effet certains plans sont très Hitchcockien. "Seul au monde", et en 2014, "Flight". Avant de se consacrer davantage à sa passion pour l'animation avec "le Pôle express" ou "le drôle de noel de mister Scrooge".

Contrairement à Steven Spielberg qui a refusé de tourner la suite des "Dents de la mer", Zemeckis répond à la question de Miche Ciment dans son livre "Une renaissance américaine, entretiens avec 30 cinéastes" :
"Qu'est ce qui vous a fait accepter de diriger les deux suites de "Retour vers le futur", alors que votre réussite commerciale vous permettait de choisir des projets différents ? Pensez-vous que le succès puisse être un piège ? :
Je sais que dans certains cas cela peut être terrible. On me propose déjà une suite de Forrest Gump! Voilà ce qui s'est passé. On fait face à une réalité. Le studio vous annonce qu'ils vont tourner une suite avec ou sans vous. Bien que j'eusse écrit le scénario, je n'en avais pas la propriété et j'avais ainsi la possibilité, en dirigeant moi-même, de contrôler cette suite. Je me suis assis à mon bureau, j'ai réfléchi aux potentialités de sujet qui m'ont vraiment fasciné. J'avais une occasion qui ne se représenterait peut-être plus dans ma vie, de tourner un nouveau film sur les voyages dans le temps et les paradoxes temporels, qui ferait retour sur le premier d'un autre point de vue. Cette idée m'a soudain excité et je me suis dit que le studio ne comprendrait peut-être pas ce que je voulais faire, mais que je le tenterai. Mieux encore, je leur ai dit que ce n'était pas une suite que je voulais réaliser, mais deux !"
Entretient avec Robert Zemeckis à Venise le 2 septembre 1994 par Michel Ciment dans son livre "Une renaissance Américaine entretiens avec 30 cinéastes" chez nouveau monde édition.

La Bande Annonce montre le film et son caractère commercial, la bande annonce originale certes est cependant entièrement conçue comme un slogan publicitaire. De plus on remarquera la marque des chaussures que je ne citerai pas, un sponsor qu'on ne rate pas.


ROCK AND ROLL

Comment ? On ne peut pas parler d'un film des années 80 sans parler rock 'n' roll, tellement cette période le représente au cinéma. Sachez que le film a gagné l'oscar du meilleur montage sonore. Il est vrai que tout est extrêmement bien calculé, bruitage, musique classique avec incrustation de piste musicale pour l’ambiance selon l’époque ou se passe le film... Un vrai opéra ?

Pour les fans des années 80, attention j'ai retrouvé les clips d'origine des tubes écrits par le groupe rock The Huey lewis and the news "The power of love". C'était une des chansons les plus vendues au monde à sa sortie. Anecdote : le chanteur du groupe fait une apparition dans le premier film. Une apparition en autodérision, il apparait déguisé, c'est lui qui joue le rôle du maître du jury qui renvoie Mickael J. Fox juste après qu'il ait joué un morceau de sa propre musique !
Dans ce second clip le groupe s'amuse à refaire des scènes du film comme les "Dents de la mer"...

Un peu plus sur le film : le saviez vous ?
Au début, les acteurs auraient dû voyager dans un frigo à remonter le temps pour renforcer l’effet comique sans doute. Mais l'idée d'avoir un objet mobile et plus actuel s'est vite imposé.


L'influence de Tex Avery sur les films de Robert Zemeckis se remarque particulièrement dans "Qui veut la peau de Roger Rabbit ?"en 1988, sachant que film a été tourné entre l'épisode 1 et 2 de la trilogie "Retour vers le futur"!


 
Et dans cette scène toujours de "Qui veut la peau de Roger Rabbit" vous reconnaissez l'acteur ?
Un indice : la coupe de cheveux...


















 
Il s’agit toujours de Christopher Llyod, le Doc, qui se transforme en méchant toon.  
"Un côté Bugs Bunny ?"
"Quoi de neuf Doc' ?"
On ne change pas une recette qui marche, c'est l'idée éternelle du duo comique :
un clown blanc et un auguste.

Les idées folles de Tex Avery sont vraiment reprise dans les deux opus qui suivent, on le voit avec la maison et la voiture du futur, ainsi que le côté western avec le méchant Bad Wolf et les tirs au revolver.
Remarque : C'est Mickael J. Fox lui-même qui joue le rôle de ses enfants dans le film, y compris sa fille, ce qui donne une scène complètement hilarante.
On notera aussi un hommage à son ami de toujours Steven Spielberg avec une affiche 3D du film "Les dents de la mer" numéro 12.
Pour la deuxième partie du film qui se passe à nouveau dans les 60's sachez que toutes les scènes du film ont été rejouées et re-filmées donc, sauf celle ou l'ont voit apparaître le père de Marty, seul acteur à ne pas avoir voulu jouer dans cette suite :

À sa sortie, une fausse pub est sortie disant "Dans le futur, venez acheter nos skate-boards volants!"
Dommage en 2014 on les attend toujours !!!

Vous le reconnaissez l'acteur au centre ?
Il s'agit du jeune  Elijah Wood désormais connu pour le film "le seigneur des anneaux"


La troisième partie est un hommage au côté comique des westerns spaghetti et surtout à Clint Eastwood.

Petit mot sur l'incroyable acteur qu'est Mickael J. Fox, qui à bien failli ne pas jouer dans le film et aurait était remplacé par Eric Stoltz qui avait commencé le tournage, puis fut viré au bout de cinq semaines pour un différent avec le metteur en scène qui jugeait sa composition trop sérieuse.

D’abord connu à la télévision aux USA, il se tourne peu à peu vers le cinéma particulièrement dans la comédie américaine potache "Le secret de mon succès" ou encore "Doc Hollywood". Il découvre alors qu'il est atteint de la très grave maladie de Parkinson à seulement 32 ans.
Ce qui ne l’empêcha pas de jouer dans le superbe film "Outrage" de Brian de Palma, un film poignant et engagé sur la guerre du Vietnam. Puis avec Rob Reiner, un second rôle dans le film "Le président et miss Wide". Il fait une apparition dans l'hilarant "Mars Attack" de Tim Burton, et tiendra pour la dernière fois un premier rôle dans le film "Fantôme contre fantôme" de Peter Jackson. Il jouera encore quelques temps pour la télévision, notamment en créant la série "Sin city". En effet, ça permet à l'acteur de se reposer plus facilement entre chaque scène, qui sont plus courtes, mais il devra y renoncer assez vite, la maladie prenant le dessus. Il continue à faire de très courtes apparitions et surtout à faire du doublage de film d'animation comme dans "Stuart little". Robert Zemeckis, dans une interview, a avoué que sa passion pour l'animation par capture, et surtout proche de la réalité, lui est venue quand il a su qu'il ne pourrait plus tourner avec son ami Mickael J. Fox; il s'est alors demandé "Et si on le recrée numériquement, pourrait-il faire la voix ?".    
Pour les 25 ans de la franchise, Mickael J. Fox affronte sa terrible maladie pour revenir une dernière fois reprendre le rôle qui l'a rendu si célèbre.

Et pour finir, en 2014, L'équipe de Funny or die, avec l'aide de Christopher Llyod, ont crée une série de blagues pour vendre des hoverboards (skate volant).



2 commentaires:

aurelie a dit…

ah oui il n'aime pas qu'on lui dise mauviette ^^ . retour vers le futur bon j'avoue j'ai survoler mais j'ai jamais eu la patience de regarder calmement lol enfin faudrai que je me replonge dedans le 1 ca va mais apres outch . par contre qui veut la peau de roger rabbit je connais par cœur j'adore superbe article .

Xavier Mielle a dit…

Hé hé qui veut tué le lapin lol Oui oh tous c'est film sont du coup assez similaire çà reste du dessin animée c'est vraiment du cartoon. Après les acteurs sont très bon pour simulé tous çà. Et puis le coter plastique des années 80 donne un style oublié aujourd'hui c'est commercial certes mais plus travaillé maintenant le même film sortirai il serait bâclé tourné en 2 semaine que avec du numérique... et le metteur en scène n'aurais aucun droit ils ne participe même plus au montage du film de nos jours. En plus c'est films là n'était pas violent c'est l'influence de spielberg qui contre la propagande militaire au cinéma qui maintenant à largement repris le dessus à Hollywood surtout dans les films de super héro !